La Mona Lisa des années 30, de Dorothea Lange

Posted on 8 mai 2014

2



Elle restera à tout jamais le visage de la Grande Dépression, symbole de force et d’espoir. Cette image, élevée au rang d’icône, reflet d’une femme soucieuse au visage fatiguée, tenant dans les bras ses deux enfants, est aussi la photographie la plus connue de Dorothea Lange. Mais qui était celle que l’on surnommera la Mona Lisa des années 30 ? 

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

Cette image, prise en 1936 et baptisée « Migrant mother » a cristallisé le quotidien de Florence Thompson, immigrée, veuve et mère de sept enfants. Sur ce cliché, la photographe Dorothea Lange, dans ses notes, expliquait que cette femme et son mari avaient un champ de petits pois et que la récolte avait été un échec. Ils avaient essayé alors de vendre des pneus, pour pouvoir s’acheter de la nourriture.

Lorsqu’elle la prend en photo, la photographe ne lui demande ni son nom, ni son histoire. La jeune femme dit qu’elle est âgée de 32 ans, au moment du cliché. Florence est d’ailleurs citée en 1978 : « J’aurais préféré qu’elle [Lange] n’ait jamais pris cette photo. Je n’ai rien gagné dessus. Elle n’a pas demandé mon nom. Elle m’avait dit qu’elle ne voulait pas vendre ses photos. Elle m’avait promis de m’en envoyer un tirage. Elle ne l’a jamais fait. » Ce jour-là, Dorothea Lange a pris cinq autre clichés de Florence et sa famille.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

1936, au camp de Nipomo, en Californie. Photo Dorothea Lange / Library of Congress.

En 1979, la journaliste de la NBC, Bob Dotson, retrouve cette femme surnommée « la Mona Lisa des années 30 », pour une interview unique. Florence Thompson disparaîtra cinq ans plus tard. Florence a 27 ans quand la crise a commencé. Lorsque Dorothea Lange la prend en photo, elle a alors cinq enfants, elle est enceinte d’un sixième et son mari vient de mourir. Son identité a été révélée en 1970 seulement, comme le rappelle le magazine DailyMail.

Les retrouvailles

Florence Thompson dans un reportage de Bob Dotson, pour la NBC, 1979.

Florence Thompson dans un reportage de Bob Dotson, pour la NBC, 1979.

Dans le cadre d’un travail sur les difficultés rencontrées lors de la Grande Dépression, Bob Dotson, journaliste de la NBC, retrouvera Florence Thompson, pour une entrevue qui se déroulera en 1979. La vieille femme raconte au photographe la vie sous la Grande Dépression : « Moi et mes enfants, nous avons vécu sous des tentes, et dans des maisons en bambou, pour que je puisse subvenir à nos besoins. » La femme travaillait dans les champs de coton, jusqu’à la nuit tombante. L’une de ses filles, Katherine, travaillait, à l’époque du reportage de la NBC, dans son usine de dinde : « Ses enfants se font plus en une heure que leur mère ne faisait en une semaine », commente le journaliste dans son reportage télévisé. Ruby, une autre fille de Florence, raconte : « [Notre mère] nous a inculqué à tous le sentiment que personne ne nous doit rien. » Florence Thompson a travaillé dans des hôpitaux, a servi dans des bars, a cuisiné, a travaillé dans les champs. Elle a fait un peu de tout pour faire vivre ses enfants. « Avez-vous jamais perdu espoir ? », lui demande le journaliste. « Non, dit-elle. Si j’avais perdu espoir, je n’y serais arrivée. »

>> Retrouvez le reportage de l’époque de Bob Dotson et sa rencontre avec Florence Thompson.

Celle qui deviendra l’icône de la Grande Dépression s’est ensuite remariée et a eu dix enfants, en tout. Pour sa fille Katherine, Florence était « l’épine dorsale de la fille », une femme « très forte ». En 1983, la vieille femme est hospitalisée et sa famille fait un appel au don pour payer ses frais médicaux : les 25 000 dollars permettrons à ses enfants de payer les soins dont elle a besoin. Le 16 septembre 1983, elle décède d’un cancer et de problèmes cardiaques, à Scotts Valley, en Californie. Elle est enterrée aux côtés de son second mari et sur sa pierre tombale, on peut lire « Florence Leona Thompson Mère migrante – Une légende de la force de la maternité américaine ».

Pierre tombale de Florence Thompson.

Pierre tombale de Florence Thompson.

Dorothea Lange est une photographe américaine, née en 1895 à Hoboken, aux Etats-Unis, a justement été reconnue pour son travail sur la Grande Dépression, qu’elle a réalisé dans le cadre d’une mission confiée par la Farm Security Administration (FSA ou Administration d’assurance paysanne, un organisme américain en charge d’aider les fermiers les plus pauvres pendant cette période difficile). Dorothea Lange devient même photographe officielle de la FSA en 1935. Elle vit alors à San Francisco et ses clichés sur la pauvreté et la détresse du milieu rurale, se propagent très vite, devenant des icônes de l’entre-deux-guerres en Amérique. La photographe est décédée le 11 octobre 1965.

Margaux Duquesne

>> Retrouvez d’autres images de l’Amérique déracinée de Dorothea Lange sur Télérama.

Advertisements
Posted in: Lange Dorothea